17-07-08

Zomer in Parijs….

Paris, je bande

http://www.youtube.com/watch?v=VzYjCobNJ9Q

 

 

en ook Carla Bruni, intussen la femme du president, doet mee met Fernande een ondeugend liedje, oorspronkelijk van  Brassens, geweerd op de radio. Maar Bruni zegt: on m'a déconseillé de la chanter en voegt daar terecht bij; 'mais je la chante quand même...., kan me niet schelen, ik zing het. Wist zij veel dat ze even later presidentsvrouw ging worden...   Was er toen als sprake van geweest had ze de laatste twee strofen waarschijnlijk weggelaten. Strofen die ondeugend verwijzen naar de onbekende soldaat en de nationale hymne....

 

Une manie de vieux garçon
Moi j'ai pris l'habitude
D'agrémenter ma sollitude
Aux accents de cette chanson

{Refrain:}
Quand je pense à Fernande
Je bande, je bande
Quand j' pense à Felicie
Je bande aussi
quand j' pense à Léonore
Mon dieu je bande encore
Mais quand j' pense à Lulu
Là je ne bande plus
La bandaison papa
Ça n' se commande pas.

C'est cette mâle ritournelle
Cette antienne virile
Qui retentit dans la guérite
De la vaillante sentinelle.

Afin de tromper son cafard
De voir la vie moins terne
Tout en veillant sur sa lanterne
Chante ainsi le gardien de phare

Après la prière du soir
Comme il est un peu triste
Chante ainsi le séminariste
A genoux sur son reposoire.

A l'Etoile où j'était venu
Pour ranimer la flamme
J'entendis émus jusqu'au larmes
La voix du soldat inconnu.

Et je vais mettre un point final
A ce chant salutaire
En suggérant au solitaire
D'en faire un hymme national.

 

 

Wel ondenkbaar zulke tekst gezongen door een latere presidentsvrouw in de VS bvb. De deuren van het Witte Huis zouden haar blijvend ontzegd blijven.

 Maar in Parijs daar kan dat allemaal, gelukkig…  J

18:09 Gepost door doeterniettoe in Liefde | Permalink | Commentaren (0) | Tags: parijs, chanson, brassens, carla bruni |  Facebook |

De commentaren zijn gesloten.